“Un seul être vous manque et tout est dépeuplé”...

Voici quelques chiffres extraits d’une très intéressante étude de la BPI d’avril 2017 sur la thématique “Marque Employeur” réalisée auprès de dirigeants PME.

En tant que dirigeant de PME et également de spécialiste en stratégie de communication auprès de nombreux dirigeants de PME, je vous propose quelques remarques tirées de mon humble expérience personnelle.

83% des PME et ETI reconnaissent rencontrer des difficultés de recrutement

Si l’on m’avait posé la question, j’aurai surement répondu spontanément 100% car aujourd’hui je ne connais pas un secteur d’activité qui n’est pas en difficulté dans son recrutement. Si vous trouvez un patron de PME qui se tape sur le ventre en vous disant que lui il “staffe” sans difficulté, je vous paye une bonne “Blanche” de chez Ninkasi. Tiens, voilà une société lyonnaise qui travaille fort pour valoriser actuellement sa marque et son attractivité :-)...  J’aurai presque envie de tout lâcher pour postuler comme barman tellement ils communiquent de façon attractive.

On pense souvent qu’il est plus compliqué de trouver un ajusteur de métier pour une boîte industrielle locale comme Patrick Industrie (à Mornant) qu’un jeune développeur informaticien pour un leader comme High Connexion (à Oullins). Et bien, c’est faux car même si les boîtes de Patrick Gruet et de Bruno Laurent sont de belles PME chacune dans leur domaine, il n’est pas si simple de recruter ni pour l’une ni pour l’autre… Et pourtant...

 

72% pensent que ces difficultés ralentissent leur développement

Si je prend l’exemple du territoire où se développe l’agence Omaha-Beach, le sud-Ouest Lyonnais, la majorité des PME ne connaissent pas trop de difficultés pour décrocher de nouveaux marchés… La complexité, pour elles, n’est effectivement pas de développer leur “business” mais bien de trouver des collaborateurs qui pourront les aider à répondre à tous les nouveaux enjeux générés par la mondialisation et la digitalisation de l’économie.

Une société de Brignais comme Elcia, leader français du logiciel de chiffrage de menuiserie, a su par exemple transformer sa communication d’entreprise en moins de deux ans pour arriver aujourd’hui à attirer des talents qui lui permettent de retrouver l’innovation de ses débuts. En tête du palmarès “Happy Work” des sociétés où il fait bon vivre en 2018, le recrutement était pourtant encore un point compliqué et douloureux en 2016… Je m’étais d’ailleurs amusé à cette époque à faire une présentation quelque peu provocatrice de cette pépite du sud-Ouest Lyonnais. Une présentation que la RH du groupe avait utilisé et qui avait, je crois, rencontré un petit succès auprès des candidats… J’avais juste raconté l’histoire autrement…

Aujourd’hui, montrés en exemple pour leur culture d’entreprise et leur dynamisme dans le monde des éditeurs informatiques, les dirigeants Franck Couturieux et Edouard Catrice recrutent à “tour de bras”… Et j’en suis très heureux pour eux.

69% font du développement et de la motivation de leurs collaborateurs leur priorité RH

Je crois que c’est à ce niveau là que nous avons encore du boulot car la disparité des situations reste encore très large dans le monde de la PME entre la boite de cablâge comme Procaly qui installe le Baby-foot dans l’atelier et certaines “boutiques” industrielles où la cuisine est encore en formica 1969 de l’époque de papa le fondateur…

Tout ça est en train de changer très vite mais il reste encore 30% des entreprises qui ne semblent pas avoir saisi par exemple que bien-être au travail et motivation vont souvent de pair… Les sujets de management sont bien entendus beaucoup plus larges et complexes que le seul agencement des locaux mais c’est un début.

 

69% font du développement et de la motivation de leurs collaborateurs leur priorité RH

Nous constatons chez Omaha-Beach que les TPE et PME que nous accompagnons au quotidien possèdent toutes les atouts pour aller chercher “des talents” qui pourraient les faire progresser. Cependant leur humilité et leur incapacité à prendre de la hauteur les empêchent trop souvent de générer du contenu attractif valorisant leur forces et leurs réussites… En clair, les PME ont du mal à raconter leurs belles histoires alors qu’elles ont tout pour nous faire du “Michel et Augustin”... Se vendre et développer une “marque employeur” attractive est encore rarement dans leur priorité or aujourd’hui c’est une de leur faiblesse qui les empêche de mieux recruter.

Ceci étant, il faut quand même reconnaître que nos PME rencontrent aussi des difficultés à rivaliser avec les poids lourds de leur secteur car leur budgets de communication pour accroître leur visibilité ne sont pas aussi importants.… Et puis, soyons honnête en disant que personne ne connaît vraiment les PME… Le dynamisme des TPE-PME françaises est souvent un argument politique très usité mais dès que l’on demande à un homme politique de citer des noms d’entreprise, il vous lance d’abord Areva, Total ou Alsthom… Et Monsieur le sénateur, moi, je vous parle de Clauger, Vision Systems et de toutes ces PME de notre territoire qui sont des pépites et des champions à l’international.

Prenez une entreprise comme Ecilia. Il s’agit d’une bonne petite société d’informatique lyonnaise (20 personnes) qui peut vous offrir, si vous êtes un jeune informaticien, autonomie et innovation… Et bien pourtant malgré les perspectives proposées, il est compliqué de lutter contre des Cap gemini ou les grosses SSII françaises qui assèchent le marché en recrutant dès leur sortie tous les petits nouveaux de nos écoles d’ingénieur. Mais que Francis Palini, patron d’Ecilia se rassure, il existe des solutions pour améliorer tout ça… Chez Omaha-Beach, nous allons l’aider à définir puis à construire une marque employeur attractive pour faire ressortir tout sa singularité. C’est notre dada !!

 

49% font de l’attraction des talents et donc de l’attractivité, un enjeu majeur

Seulement 49%... ça veut dire que 51% se sont résignées ou pensent qu’elles vont se développer sans ? Ouille ça me fait peur pour elles … Je crois que l’enjeu du développement de la marque employeur est désormais crucial pour de nombreuses PME voir TPE.

 

42% admettent subir ponctuellement ou régulièrement le départ de compétences-clés

Et oui l’angoisse de tout dirigeant de PME… Former des gens, les faire grandir puis les voir partir… C’est le jeu... Mais il faut reconnaître que c’est une gymnastique éprouvante et pénalisante… Comment faire pour garder tous ses talents? Le baby-foot ne suffira pas malheureusement…

Et oubliez le flipper ou la salle de sport car ce n’est pas mieux ;-)... Là encore, travailler sur sa vision puis ses valeurs vont être au coeur d’un changement prompt à mettre en place une véritable culture que sera propice au développement d’une marque employeur cohérente. Un travail qui nous passionne chez Omaha-Beach et qui génère généralement une véritable transformation au coeur de l’entreprise.

 

37% considèrent que leur implantation géographique et / ou leur bassin d’emploi constitue un handicap sur le plan RH.

C’est vrai qu’il est parfois compliqué pour certaines PME de talents telles que des sociétés comme notre client Herbarom, spécialisé dans la création cosmétique et située dans la Drôme de recruter certaines typologies de collaborateurs par manque d’université ou d’écoles de haut niveau à proximité… Dans ce cas précis le patron et ses équipes arrivent quand même à attirer des talents en actionnant tous les leviers à leur disposition autre que leur position géographique (conditions de travail et de vie, autonomie, projet d’entreprise).

Mais même lorsque l’on est à seulement 10 km d’une grande ville comme Lyon, on peut également connaître de grosses difficultés de recrutement. Il n’y a qu’à voir la mobilisation des entreprises de notre territoire de Brignais pour lancer en septembre 2018 un financement participatif qui a permis de mettre sur la route pour une période de test, une “navette du dernier kilomètre” déposant les collaborateurs au pied de leur entreprise. Chez Omaha-Beach, nous sommes d’ailleurs heureux de faire parti des sociétés qui ont initié et porté ce projet.

Au final, il apparaît clairement que d’attirer puis de garder ses talents est devenu un des enjeux majeurs pour l’ensemble des TPE et PME françaises.

Travailler sur sa marque employeur ne doit donc plus être l’apanage des multinationales ou startup en mal de croissance mais bien un enjeu majeur à relever pour toutes nos entreprises “locales”.

 

 

 

 

Bienvenue sur notre blog !

Découvrez nos conseils et bonnes pratiques pour développer votre entreprise grâce au digital et tous ses leviers.

Nos derniers articles

S'inscrire à la newsletter